Shopping Cart
Your Cart is Empty
Quantity:
Subtotal
Taxes
Shipping
Total
There was an error with PayPalClick here to try again
CelebrateThank you for your business!You should be receiving an order confirmation from Paypal shortly.Exit Shopping Cart

Bien se nourrir

doit rester un plaisir !

La régularité paie t-elle?

L’alimentation déstructurée est accusée de favoriser la prise de poids, aussi recommande-t-on aux obèses de prendre des repas réguliers.

H. R. Farshchi a voulu valider cette assertion, en incluant 10 femmes obèses (IMC : 37,1 +/- 4,8) âgées de 32 à 47 ans, dans une étude randomisée avec crossing-over.

Dans une 1ère phase de 14 jours, elles consommaient leur régime habituel réparti sur 6 repas (repas réguliers) ou selon une fréquence aléatoire allant de 3 à 9 repas par jour (repas irréguliers).

Suivait une période de « wash-out » en régime libre de 14 jours.

Lors de la phase 2 de l’étude, les 2 groupes de femmes inversaient leur mode alimentaire par rapport à la 1ère phase.

Un repas calibré était donné le matin à jeun, au début et à la fin de chaque phase, (12,8 kcal/kg de masse maigre), précédé et suivi (3 heures après) de la mesure de paramètres biologiques.

Il n’a pas été observé de différence :

- de poids (ou d’IMC)

- de tour de taille ou de hanche

- de masse graisseuse

- de sensation de faim et de satiété

- de valeur du métabolisme de repos

- de taux de glycémie, d’insuline et de triglycérides. 

Par contre, on a noté des différences sur d’autres points.

Ainsi, lorsque les repas étaient réguliers(6 repas par jour) :

- l’apport calorique était moindre (1909 +/- 117 kcal contre 1990 +/- 84 kcal)

- les dépenses métaboliques postprandiales étaient plus élevées

- la thermogénèse liée aux aliments était plus importante

- le cholestérol total et le LDL-cholestérol étaient abaissés

- la sensibilité à l’insuline était plus élevée.

Avoir une alimentation régulière est donc bénéfique chez l’obèse, notamment dans le domaine de la prévention cardio-vasculaire.

H. R. Farshchi and al Beneficial metabolic effects of regular meal frequency on dietary thermogenesis, insuline sensitivity, and fasting lipid profiles in healthy obese women

Am J Clin Nutr 2005, 81, 16-24